B.C. government moves to tax and restrict vaping products.

Toronto, ON - 14 novembre 2019 - L'Association canadienne du vapotage (CVA) se félicite de plusieurs parties de l'annonce faite aujourd'hui par le ministre Dix selon laquelle la province de la Colombie-Britannique lancera un plan en 10 points pour mettre à jour les règlements de vapotage de la province, certains à partir du 1er janvier 2020. de la disponibilité des arômes de vapotage, de la publicité de masse et de l'étiquetage des produits à la fiscalité et au financement de campagnes d'éducation et de sensibilisation sociale auprès des jeunes à travers la province. 

 

L'une des dix mesures proposées, qui consiste à définir la nicotine comme un «danger pour la santé publique» en vertu de la loi sur la santé publique, donne au gouvernement le pouvoir de limiter la quantité utilisée dans les dosettes à 20 mg par ml. Le ministre Dix a déclaré que cela mettrait la Colombie-Britannique en conformité avec la limite autorisée au Royaume-Uni et dans l'Union européenne.

 

«À la CVA, nous sommes prudemment encouragés par l’annonce d’aujourd’hui du ministre Dix, car c’est une approche globale et multidimensionnelle axée sur la réduction de l’accès des jeunes. Nous partageons les profondes préoccupations des Canadiens au sujet de la récente flambée de l'adoption du vapotage par les jeunes », a déclaré Darryl Tempest, directeur général de l'Association canadienne du vapotage. «En même temps, nous apprécions le fait que le ministre Dix n’a pas demandé une interdiction pure et simple des arômes, mais a plutôt proposé que les arômes autres que le tabac soient limités aux environnements de vente au détail réservés aux adultes. Nous sommes impatients de clarifier davantage les restrictions de saveur, afin de garantir leur disponibilité continue pour les fumeurs adultes qui souhaitent passer de la cigarette à une alternative moins nocive. "

 

Le projet de loi proposé par la ministre des Finances de la Colombie-Britannique, Carole James, de faire passer la taxe de vente provinciale de 7% à 20% sur les produits de vapotage, est une approche visant à limiter l'accès des jeunes par commodité et par coût, étant donné la sensibilité aux prix de cette population. Pourtant, le fardeau incombera principalement aux anciens fumeurs qui comptent sur ces produits pour échapper au tabac combustible beaucoup plus nocif, voire mortel. Si elle était adoptée, la nouvelle législation fiscale entrerait en vigueur le 1er janvier 2020 et augmenterait également le taux de taxe sur le tabac de deux cents à 29,5 cents par cigarette.  

 

«Il est essentiel que nous combattions cette crise de l'accès des jeunes à plusieurs niveaux, notamment en limitant les ventes et la promotion de ces produits à des environnements à limite d'âge uniquement, en mettant un accent concerté sur l'éducation du public et la clarification de la désinformation sur le vapotage, ainsi que en créant des distinctions claires entre le vapotage de l'e-nicotine et les produits de THC illégaux du marché noir, qui ont été liés aux éclosions de maladies pulmonaires en Amérique du Nord au cours des derniers mois », a ajouté Tempest. «Les gouvernements doivent simplement s’assurer que certaines mesures n’ont pas pour conséquence involontaire de pénaliser les anciens fumeurs de manière à maintenir le tabac combustible comme une option viable.» 

 

À propos de l'Association canadienne du vapotage

 

L'Association canadienne du vapotage (thecva.org) est un organisme national enregistré à but non lucratif, reconnu comme la voix de l'industrie canadienne du vapotage en plein essor. Fondée en 2014, la CVA représente plus de 300 entreprises de fabrication, de vente au détail et de vapotage en ligne au Canada et ne compte aucune compagnie de tabac, ni ses sociétés affiliées, parmi ses membres. L'association est la principale liaison avec les gouvernements fédéral et provincial sur toutes les questions législatives et réglementaires liées à l'industrie. L'objectif principal de la CVA est de s'assurer que la réglementation gouvernementale est raisonnable et pratique, à travers la stratégie de communication proactive professionnelle et d'éducation fournie bilingues aux agents de santé, aux médias et aux élus.